Portrait vieille femme

J’ai rencontré cette femme il y a quelques jour pour un instant et je ne l’ai jamais revue. Elle était assise sur un banc, seule. Je suis allée m’installer à ses côtés, tout d’abord sans lui adresser quoi que ce soit d’autre qu’un simple « bonjour » poli.

J’étais assez près pour observer son visage en détail. Un visage pensif, calme, ridé. Je l’ai trouvé sublime. Authentique. C’est alors que j’ai décidé de discuter avec elle. Rapidement, j’en suis venu au point qui m’intéressais tout particulièrement : avais-je sa permission de la photographier ? Je vous laisse regarder ces portraits et comprendre sa réponse.

Alors que je m’installais en face d’elle pour avoir un bon angle de vue, elle a commencé à me parler d’elle, librement, sans peur d’être jugée. Elle imaginait peut-être que j’étais occupée avec mon appareil et que je ne l’écoutais pas vraiment. Je n’avais pourtant d’yeux et d’oreilles que pour elle.

Quelques notes

A la vue d’un instrument de musique, et bien souvent d’un piano, nous avons tous quelques notes, une mélodie, un souvenir qui nous viennent à l’esprit. Je souhaite que chacun trouve ce qui lui reviendra en mémoire et réussisse à l’associer à cette photographie.

Toitures parisiennes

toitures parisiennes n&b

Cette hiver j’ai fait une escapade dans plusieurs musées de Paris. Cette photographie a été prise depuis le haut du Centre Pompidou qui m’offrait une jolie vue de la Ville Lumière. Ces toitures ne sont pas la première chose que j’ai remarqué mais une fois que je les ai eu repérées j’ai tout de suite décidé de les capturer dans mon appareil. Immédiatement j’ai su qu’elles me plaisaient : elles n’étaient pas particulièrement belles ou bien alignées, elles étaient très représentatives du haut de la ville. J’ai pensé que cette architecture si banale méritait d’être montrée autrement. C’est ici ce que j’ai tenté de faire en la photographiant et en l’affichant en noir et blanc.

Garage d’Amsterdam

vélos Amsterdam

Amsterdam et ces inévitables vélos si représentatifs de la capitale des Pays-Bas. Je n’ai pas photographié ses tulipes, peut-être aurais-je du pour être dans le thème ! J’avoue préférer capturer les images urbaines, de l’architecture plutôt que les fleurs…

Étonnamment, j’ai aimé tenter d’ordonner ce désordre de vélos. Les selles, roues, guidons semblables les uns les autres, s’entremêlant à perte de vue.

Bien qu’en réalité ces vélos ne se ressemblent pas tant que ça ; les Amstellodamois les personnalisent, les peignent, leur accrochent de jolies sonnettes afin de repérer le leur dans la foule. J’ai fait en sorte que vous, qui regardez cette photo, puissiez confondre toutes ces bicyclettes qui n’ont maintenant plus que des teintes de gris. Elles ont perdu toute leur originalité et n’ont désormais rien de plus que leur voisine. Finie la jalousie entre vélo, ils peuvent maintenant se fondre tranquillement dans la masse…